Le suaire de Turin

Le suaire de Turin est sujet à polémique depuis des décennies. S’agit-il bien de linceul qui a recouvert le corps du Christ ou bien est-ce un faux qui aurait été réalisé au cours de la renaissance ?
La question se pose encore et nous allons tenter au cours de ce reportage d’apporter un éclaircissement à ces interrogations.

Recouverte de traces et de brûlures, ces derniers témoignent de l’histoire mouvementée qui entoure le saint suaire.
Découvert au XIVe siècle en Champagne par un croisé revenant de la terre sainte, il est aujourd’hui entreposé dans l’église de saint Jean-Baptiste de Turin.

Pourtant, même à l’époque de sa découverte, de nombreux sceptiques mirent déjà en cause son authenticité.
En effet, l’évêque de Troyes avait écrit au pape en 1489 pour lui expliquer que son prédécesseur avait trouvé le faussaire qui l’avait peint et qu’il avait en plus avoué qu’il en était l’auteur.
Ceci ne remet pas en cause toute son authenticité, car il pourrait s’agir d’une simple histoire de jalousie entre ecclésiastiques surtout que la technique qui aurait été employée pour créer ce suaire n’a jamais été décrite et que le nom du soit disant faussaire n’a jamais été mentionné.

En 1899, la première photographie a été réalisée et à la grande surprise de la communauté de l’époque, ils ont remarqué que le résultat ressemblait fort à un négatif photo.
On a pu ainsi voir de nombreux signes révélateurs comme une ecchymose sous l’oeil, des trainés de sang sur les avant-bras, le poignée, sur le creux des reins et au niveau du front.

En 1978, les premières analyses furent menées par une vingtaine d’experts.
Ils ont ainsi pu décomposer le suaire en trois parties distinctes : la pièce principale avec l’image, les morceaux qui ont été ajoutées pour le réparer suite à l’incendie qu’il a vécu en 1532 et la toile destinée à protéger la relique.
Leur conclusion : il ne s’agit en aucun cas d’une œuvre d’art, ni d’une photographie, ni d’une peinture.

Mais l’un de ces chercheurs préleva une petite partie des fibres le composant à l’aide d’un ruban adhésif et les examina.
Il constata qu’elles étaient composées d’un pigment d’Ocre rouge, c’est-à-dire de la peinture.

Pourtant, cela ne suffit pas à rejeter l’authenticité du suaire car il a été de nombreuses fois exposé à des artistes qui voulaient en faire des copies.
Ces derniers déposaient souvent leurs œuvres sur le linceul pour les sanctifier, ce qui pourrait expliquer pourquoi de la peinture a été retrouvée sur des fibres en superficie.

L’analyse effectuée par un appareil appelé VP8 a de plus permis de modéliser une silhouette humaine avec les traces présentes sur le suaire en convertissant le relief de l’image. La densité de l’image est proportionnelle à la distance entre le linceul et le corps à l’époque. Ceci serait donc en faveur de son authenticité même si un faussaire aurait pu recourir à des techniques complexes pour arriver à ce même résultat.

Les blessures représentées sont de plus en inadéquations par rapport aux représentations médiévales.
On note une centaine de marques en forme d’altère, ce qui correspondrait aux 39 coups de fouet qui ont été décrits dans la Bible.
Cette forme particulière de ces marques suggère que l’on a utilisé un fouet très spécial d’origine romaine.
De plus, les représentations artistiques de l’époque situaient les clous au niveau des mains alors que sur le suaire les blessures sont au niveau du poignet, près du nerf médian.
Ce n’est pourtant que récemment qu’on s’est rendu compte que la crucifixion devait se faire à cet endroit…
Le fait que les pouces ne soient pas visibles sur le suaire appuie cette théorie car une lésion du nerf médian entraine une rétraction de ce doigt.
Enfin, dans les écrits, il a été décrit que lorsque la lance transperça le flanc du Christ de l’eau et du sang se mirent à couler de la plaie. Or sur les peintures médiévales, seul le sang est représenté.
Mais justement sur le linceul figure bien du sang et une tâche plus claire qui pourrait faire penser à de l’eau.

Ainsi, s’il s’agit bien de l’oeuvre d’un faussaire, celui-ci devait avoir étudié de façon très approfondie les techniques de crucifixion, la physiologie ainsi que les outils qui étaient utilisés à l’époque.
Il aurait pu avoir recours à un corps humain vivant ou mort pour réaliser son œuvre ainsi qu’à la technique du bas relief ou de l’ombre.
Cependant, la qualité du matériel disponible à l’époque rend cette théorie peu plausible.

Certains détracteurs pensent aussi qu’il puisse s’agir d’une des œuvres de Léonard de Vinci qui aurait découvert une méthode primitive de photographie.
Mais, le saint suaire est mentionné dans des archives historiques cent ans avant sa naissance et il est donc très peu probable qu’il en soit l’auteur…

En 1988, des scientifiques ont réalisé une datation au carbone 14 en prélevant un petit morceau sur l’un des coins du linceul. Ce dernier a ensuite été coupé en trois autres morceaux qui ont été envoyés dans trois laboratoires indépendants.
Résultats : le tissu daterait d’entre 1260 et 1390.

Pourtant des représentations précises de ce linceul ont existé 70 ans avant la date la plus ancienne. De plus, le conteneur et la façon dont le tissu a été tissé témoignent de l’artisanat en Judée du Ier siècle.
Alors comment l’expliquer ?

Les scientifiques n’ont prélevé qu’une infime partie du suaire située en périphérie. Les 99% restants ont donc étaient négligés et il serait tout à fait possible que le morceau prélevé ait été rajouté au Moyen-Age pour apporter une restauration, ce qui aurait bien entendu faussé les résultats au carbone 14.

Il est également possible que le morceau de tissu prélevé ait été contaminé par des radiations ou des contacts avec des matériaux modernes.

Une autre théorie voudrait que les morceaux envoyés aux laboratoires aient été substitués au moment de l’envoi par du tissu datant du Moyen-Age.
En effet, sur la vidéo montrant l’extraction des parties allant servir à l’analyse, il y a une coupure d’une demi-heure parmi les huit heures du film lorsque les échantillons ont été conduits dans une autre pièce avant de les placer dans les trois boîtes.
Ainsi, l’église aurait volontairement truqué les résultats pour éviter que le public n’apprenne certaines vérités sur la crucifixion du Christ, notamment le fait que Jésus n’aurait pas été décédé quand il a été décroché de la croix…
Les soins qui lui auraient été apportés par la suite par Joseph d’Arimathie avec de la myrrhe et de l’aloès associés à la chaleur du corps de Jésus auraient pu permettre l’impression d’une telle image sur le linceul.

Comme nous l’avons vu, le suaire de Turin a fait couler beaucoup d’encre et on ne semble pas encore aujourd’hui en mesure de pouvoir donner une réponse précise quant à son origine et sa date de fabrication.
Le débat durera encore de nombreuses années car le suaire ne sera accessible pour des nouvelles analyses qu’en 2025…

Le suaire de Turin le-suaire-de-turin

Sources:

-textes:

                http://www.mystere-tv.fr

-photos:

                http://ovni-france.fr



Laisser un commentaire

samikk |
KERAI BOUDJEMAA |
2011 - Année Internationale... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SCIENCE FOR FUN
| jerseys123
| MARS SCOOP : Incroyables dé...